• 1955

     

     

     

    Dés Janvier 1955,  Marilyn et Milton Greene annoncent officièlement leur union dans la création des Marilyn Monroe Productions qui permettront enfin à Marilyn de gagner son indépendance et d’avoir un droit de regard sur ses films et ses rôles.

     

     

    conf.jpg

      

      

    Stupeur à la Fox. De mémoire de studios on n’avait jamais vu ça. Cela ne s’était jamais vu. Personne n’avait jusqu’à présent oser affronter de la sorte la totue puissance des studios d’Hollyxood. Et Marilyn s’y frottait pourtant. A grands renfort d’avocats, courriers et appels téléphoniques.

      

     

     

      

      

      

    La Fox riposta également à grands renfort d’avocat et de conférences de presse où elle signalait que Marilyn était toujorus sous contrat avec eux et pendant encore 4 années.

    Le bras de fer commençait.

    Toujours en janvier, Marilyn fit un bref aller et retour à los Angeles pour finir, pendant plusieurs jours,  les dernières scènes en studio de « The Seven Year Itch ».

    La Fox en profita pour lui remettre le grapin dessus et la convoqua le landemain de ses dernières prises pour les essayages costumes de son film suivant « How to be very, very popular ». Marilyn s’y refusa catégoriquement et repartit immédiatement à New York.

      

      

    Marilyn 1955

     

      

      

    La Fox la suspendit.

    A New York, Marilyn s’organisa sa petite vie. Toujours avec Milton et les avocats qui travaillaient non seulement à la création des MM Productions mais égalmement au problème de la rupture de son contrat avec la Fox, elle revit cependant plusieurs fois Joe, ne pouvant se résoudre à ne plus être en contact avec lui, et le 4 février, fit ses premiers pas à l’Actors Studio, présentée à Monsieur Lee Strasberg en personne par Elia Kazan.

    L’Actor’s Studio a été fondé par Lee Strasberg et sa femme Paula (qui passa le reste de son temps à « coacher » plus ou moins bien Marilyn sur les tournages, au grand désespoir de la plupart des réalisateurs qu’elle irritait par sa présence et  son ascendance sur Marilyn) ; la méthode du « maître » consistait essentiellement à faire un profond travail d’introspection, de recherche de ses propres émotions, pour mieux appréhender le rôle.

      

    Travail dangereux car il pouvait faire resurgir les vieux démons que chacun a en soi. Et beaucoup trop intense pour quelqu’un de fragile comme Marilyn. Elle fut pourtant facilement entraînée dans cette spirale et ne jura plus que par le couple Strasberg.

    Comme par la suite cela se produirait avec son psychanaliste, le Dr Greenson…  mais ça, c’est une autre histoire…

    Photos des années 55, voire 56 + des photos récentes du studio qui existe encore aujourd’hui. :

     

     

     

    m303.jpg m304.jpg m305.jpg m306.jpg studio11.jpg studio12.jpg

    1955.jpg Lee Strasberg, au premier plan à l’extrême droite

    strasberg52.jpg Paula Strasberg au milieu, avec les lunettes

    strasberg257.jpg Avec Susan Strasberg, la fille.

    studio1.jpg 5515409.jpg studio2.jpg  studio3.jpg

    studio7.jpg studio4.jpg studio9.jpg studio10.jpg studio8.jpg

    studio6.jpg le studio aujourd’hui

     

     

     

    A la même époque, Milton conseilla à Marilyn de consulter la psychiatre Margaret Hohenberg, à New York. Ce que fit Marilyn, au moins 3 fois par semaine.

    Le 17 mars, la soirée du Friars Club, à New York, en compagnie de Milton Greene :

    218.jpg Arrivée avec Milton

    314.jpg 410.jpg 57.jpg 101.jpg 1110.jpg

    64.jpg 73.jpg 83.jpg 92.jpg

     

    Le 8 avril, elle accepta de participer à l’émission « Personn to Personn » de la chaîne CBS. Le tournage eut lieu dans la maison des Greene à Weston, dans le connecticut :

    m114.jpg avec Amy, l’épouse de Milton Greene

    m29.jpg m39.jpg m48.jpg m58.jpgm102.jpg

    m66.jpg m75.jpg m83.jpg m92.jpg

      

      

      

    Au cours de l’année 55 à New York, Marilyn fera énormément de rencontres. Entre autres, Hedda et Norman Rosten, par l’intermédiaire de Lee Strasberg et au cours d’un dîner qu’il donna chez lui. Norman Rosten, poète et écrivain fut touché par la simplicité et le naturel de Marilyn et lui et sa femme devinrent très vite amis avec la belle. Jusqu’à la fin.

    Plongée dans le milieu intellectuel new yorkais, Marilyn découvrait un nouveau monde et qui n’avait rien à voir avec l’aspect superficiel du système Hollywoodien qu’elle fuyait. Plus tard Hedda Rosten devint sa secrétaire particulière durant quelques temps ; quant à Norman, ils eurent souvent de longs échanges au sujet de la poésie et il fut l’un des rares à lire les écrits de Marilyn.

    Toujours durant cette période, elle revit le célèbre dramaturge Arthur Miller.

    Selon les biographes, on pense qu’ils se connurent dés l’année 51 puis se perdirent de vue mais cela reste assez flou.

    Quoiqu’il en soit, c’est en 55 à New York qu’ils se revirent et ne se quittèrent quasiment plus. Miller était encore marié à Mary mais celle-ci apprit, dans le courant del’année, sa liaison et le mit à la porte du foyer familial.

    De son côté,  Marilyn ne quittait plus l’Actors Studio, la famille Strasberg, les Milton…et sa psychiatre, le Dr Hohenberg, recommandée par les bons soins des Strasberg.

     

     

     

      

      

    Et il y avait Joe. Oui, Marilyn avait beau avoir divorcé de lui, elle continuait à le voir de temps en temps, à l’accompagner à quelque soirée, comme le 1er juin où on les vit tous les deux à la soirée de Première de « The Seven Year Itch » (voir fiche du film).dim137.jpg

    Film qui fut d’ailleurs le plus grand succès de l’été et généra pas moins de 15 millions de $ de recette. Bien évidemment Marilyn pouvait toujours attendre ses 100 000 $ et ne reçut que son cachet hebdomadaire.

    Si les Marilyn Monroe Productions avaient pris leur envol, pour le moment on était encore au temps des vaches maigres. L’agence d’Arthur Jacob s’occupait de la publicité de l’entreprise et Ruppert Allan de la publicité personnelle de Marilyn. Son binôme sur la côte ouest, à L.A. n’était autre que Pat Newcomb.

    Mais Milton Greene était toujours son associé et décida de négocier avec la Fox pour Marilyn, et avec ses avocats. Il avait déjà hypothéqué sa maison du Connecticut pour parer au plus pressé au niveau des dépenses qu’engendrait les MM Productions, il tenait également à ce que Marilyn put continuer à tourner aux studios en plus de sa société de production.

    Le but était donc de faire récupérer ses salaires à Marilyn en attendant des jours meilleurs pour les MM Productions.

    Toute cette année 1955 fut donc une année charnière pour Marilyn. Entre ses nouvelles rencontres (et dépendances) et sa société de production, Marilyn était en train de se façonner une nouvelle vie, une nouvelle personnalité.

    Si elle était toujours attachée à Joe et sous son influence, elle tomba vraiment amoureuse d’Arthur Miller au fil des mois. Elle voyait en lui l’intellectuel protecteur qui pourrait la comprendre et la révéler. Elle était flattée par ailleurs qu’il s’intérresse à elle et la respecte à sa juste valeur.

    A New York Marilyn sortait beaucoup au théâtre, à Brodway, rencontrait des intellectuels, lisait, écrivait, allait aux expos en vue, à des récitals, à des soirées caritatives…. bref, rien à voir avec les activités de la côte ouest.

    De plus, toujours dans son éternelle courses à la reconnaissance, elle voyait également dans les Strasberg la possibilité de se hisser vers de véritables rôles de composition. Même si « la méthode » de l’Actors Studio la faisait énormément souffrir avec son douloureux travail d’introspection (raison principale de l’arrivée de la psy dans sa vie).

    Au fil de l’année, elle se détachera petit à petit des Greene et leur influence pour se réfugier dans le giron des Strasberg dont elle pense alors qu’il en peut être que bénéfique (voire salutaire) pour elle.

    Pourtant, Milton continuera de se battre bec et ongles avec ses avocats contre les studios et pour Marilyn. Et cela portera ses fruits puisqu’en fin d’année, la Fox capitule.

      

     

    20thcenturyfox

     

      

    Ainsi le nouveau contrat que Marilyn signera le dernier jour de décembre 1955 portera sur une prime de 100 000 $ pour « The Seven year Itch », un engagement de la part de Marilyn à faire 4 films pour la Fox dans les 7 prochaines années et pour lesquels elle aura le droit de choisir les réalisateurs et partenaires, le droit de refuser de tourner un film pour la Fox si le scénario ne lui convient pas, une prime de 100 000 $ par film,

      

    le droit de faire 1 film par an avec les MM Productions, un pourcentage sur les bénéfices, le droit de faire 6 émissions TV et radios, le droit de faire des disques, un salaire annuel de 100 000 $ pour elle et 75 000 $ pour Milton.

    Milton avait frappé fort et obtenu gain de cause. Chapeau bas, surtout pour l’époque.

      

    Du jamais vu au niveau de la rebellion d’une actrice vis à vis des studios qui l’avaient engagée.

    Pour fêter cela, Marilyn passa le Nouvel An avec les Greene, chez eux dans le Connecticut.

      

      

     

      

     

    « JASGUR Joseph1960 »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter